Consultation

XVIII, folios:20
François de Mandelot, gouverneur du Lyonnais
M. de Gordes
Lettre non liée
17/07/1572
Grenoble
Lyon

Transcription

Les mots surlignés font l'objet d'une note

1

Monsieur, je croy que monsieur de Joyeuse vous aura donné le

2

mesme advertissement qu’à moy, comme depuis sept ou huict jours

3

en ça sont arrivez en son gouvernement plusieurs cappitaines qui sont

4

de la Religion, lesquelz sont après à y lever des compagnies, disans

5

que c’est par le commandement du roy et pour les mener en Flandres

6

sans toutesfois qu’il y ayt en cela aucune apparence de l’intention

7

du roy, chose qui mect les catholicques en grand frayeur et soupeçon,

8

voyant que lesdits cappitaines procèdent en cecy de la mesme façon

9

qu’ilz ont tousiours fait au commencement des troubles passez ;

10

désirant à ceste cause ledit seigneur de Joyeuse scavoir de moy ce que

11

ceulx de ladite Religion font en ce mien gouvernement où comme je luy

12

ay mandé, il n’y a aucun de leurs cappitaines, sinon quelques

13

courdonniers qui ont eu quelque charge durant les troubles,

14

lesquelz n’ont pas grandz moyens de faire levée de gens,

15

mais bien est-il vray qu’il est passé par ceste ville toutz ces

16

jours icy plusieurs gentilzhommes et cappitaines de ceuls de ladite

17

Religion qui disoyent toutz estre mandez par monsieur l’admiral.

18

Je ne scay pas pourquoy cest faire. Dieu vueille que ce soit pour

19

le service et grandeur de nostre roy ; cependant, j’auray l’œil et

20

prendray garde que ceste ville continue en la mesme paix et vivre

21

que l’on a fait jusques icy et qu’elle soit tousjours conservée

22

soubz l’obéissance du roy, sans faire semblant de riens ny donner

23

occasion à personne de se plaindre, vous suppliant à ceste cause

24

si vous entendez quelque chose qui concerne le service du roy en ce

25

[v°] mien gouvernement, me faire cest honneur de m’en advertir comme

26

je feray de mesmes en vostre endroict de tout ce que je pourray

27

apprendre, non seullement en ce qui concernera le service de sa majesté,

28

mais le vostre particullier. Aussi au demourant monsieur, quant

29

à nouvelles de la court, je vous envoye ung extraict de lettres

30

qui m’ont esté escriptes du Xe de ce moys qui est tout ce que

31

je scaiche pour asteheure digne de vous escrire, après m’estre

32

en cest endroict, bien humblement recommandé à votre bonne grâce,

33

suppliant le Créateur qu’il vous doint

34

Monsieur, très bonne santé, longue et heureuse vye. De

35

Lyon, le XVIIme juillet 1572

36

Votre plus affectionné à vous faire servise

37

Mandelot

Loading...