Consultation

XVIII, folios:39 40
Soffrey de Boczosel, seigneur de Chastelard
M. de Gordes
Lettre non liée
19/07/1572
Laval
Paris

Transcription

Les mots surlignés font l'objet d'une note

1

Monsieur, me trouvant à la closture de ceste dépêche

2

du roy, je vous ay faict à la haste ce mot pour vous dire

3

que votre dépêche du Ve nous fut seullement randue hyer

4

XVIIIe jullet. Du jour mesme, monsieur d’Hourche parla

5

à la royne et au roy du contenu en icelle. La royne dict

6

qu’elle en parleroit au roy. Le roy fit quelque difficulté sur

7

la qualité du don. Nous estimons que les choses sont par

8

dela en bon estat puis qu’il n’y a poinct heu de recharge.

9

La despêche a séjouné es mains des secrétaires de monseigneur

10

le prince daulphin. J’attens l’opportunité d’en attacher leurs

11

magestés de bonne façon. Ce matin, monsieur le président

12

Fléhard a dict publiquement avoir heu lettre du XIIe

13

de monsieur de Pressin, l’advertissant de la grande maladie

14

où monsieur le président Truchon se treuve et que ledit

15

sieur président dudit jour XIIe luy avoit dict, le visitant, qu’il

16

se cognoissoit du moins au lict d’une très longue

17

maladie et en crainte de n’en relever. Son nepveu Bazemont

18

estoit à se discours présent. Je ballis votre lettre à monsieur

19

Bellieuvre et celle de monsieur de Saint André et luy communiquiei

20

ce que vous en escriviés à monsieur d’Hourches, qui est de

21

retour puis quatre ou cinq jours de Lorrayne. Nostre

22

Segneur luy veuille donner bonne santé. Nous en tiendrons de

23

près leurs magestez. Je ne puis avoir response à voz lettres

24

au roy du Ve. Monsegneur ne treuve pas bon

25

que l’on licentie les compainies que l’on ny voye plus clair.

26

Du vent qui court ce jourdh’uy, nous sommes à la guerre.

27

Les monstres sont publiées au XXIe d’aoust en armes

28

où la companie de monsegneur le prince daulphin estoit ordonnée

29

à Crémieu ce me semble, la vostre à Moyrens, celle de

30

monsieur de Suze à Pierrelate, de monsieur de Maugiron

31

à Beaurepaire. Il se parle de la faire passer en Piedmont

32

et mettre celle de monsieur de Bellegarde dans le Daulphiné

33

[v°] à cause de la controverse qu’il a avec le seigneur Ludovic,

34

lequel Julles Centurion m’a dict que sa companie

35

peut avoir receu de ce jour argent et qu’elle

36

satisfera du tout à ce qu’elle aura heu de présent,

37

qu’est occasion que je n’en importuneray point leurs

38

magestés que je n’aye heu autres novelles de

39

monsieur le procureur du pays et de vous principallement

40

monsieur ; Le sieur de Cugy me dict le XVIIe qu’il

41

avoit receu avec le Cheylard, ung cayer des plainctes

42

que ceulx de la Religion de votre gouvernement font

43

touchant le traictement qu’ilz ont receu puys l’édict

44

de la paix et que j’en advertisse monsieur d’Hourches, d’autant

45

que par ci-devant, ilz l’avoient

46

asseuré qu’ilz n’avoint rien de ce costé comme ilz

47

n’avoint heu, mais que puis peu de jours, on le leur avoit

48

envoyé du Daulphiné. Hyer ilz le vindrent trouver

49

en son lougis et luy ont promis de le luy faire voir. Je n’en ay

50

sceu aucun article, sinon que vous aviez lougé la companie

51

de Centurion à Loriol où l’exercice de leur Religion

52

se faict et que c’est en hayne d’icelle. Il y a, comme

53

Cugy m’a dict, autre cahier contre messieurs de

54

la cour de parlement. Ung des articles d’iceluy est

55

pour l’adjournement personnel donné au sieur de Torchefelon,

56

où l’on faict ung grand discours du réachapt que l’on a

57

voulu faire de la terre de Mornas. Autre chose

58

n’en say-je.

59

Le sieur de Janlis marche pour aller joindre le

60

prince d’Orenge puis le XIIIe de ce moys avec

61

touttes les trouppes qu’estoint sur la frontière,

62

que sont de quatre mil hommes de pied et

63

plus de IIIIc[ent] chevaux. L’on tient que

64

Chepon Vittelly a esté fort blécé devant Mons,

65

aucungz asseurent qu’il soit mort. Tous ceux qui

66

[f° 40] sont du voyage de mer sont partis de ceste cour, le sieur

67

De Gahyer e[s]t le dernier. Le roy a donné au sieur de

68

Sainte-Marie, lieutenant de monsieur de Maugiron, le

69

gouvernement de Dorlan. Il y a quelques contredisans,

70

mais il s’asseure de l’avoir paisible. C’est ung très honneste

71

gentilhomme. Je crains que le voyage de monsieur de Passage

72

ne luy préjudice à venir en sa place. Je voy assez souvent

73

monsegneur le prince daulphin, je luy parleray à quelque

74

occasion de ce que m’escrivez. J’ay envoyé la parcelle

75

du XIIIe de ce moys par la voye du contreroleur

76

des postes. Je présente mes très humbles recommandations

77

à votre bonne grâce, priant Dieu

78

Monsieur, je prie Dieu qui vous conserve en

79

très longue et heureuse vie. De Paris, ce XIXe

80

jullet 1572

81

Votre très humble serviteur

82

Chastellard

Loading...