Consultation

XVII, folios:187 188
Bernard de Cassagnet, seigneur de Tailladet
M. de Gordes
Lettre non liée
22/06/1572
Varces
Paris

Transcription

Les mots surlignés font l'objet d'une note

1

Monsieur, d’autant que ie n’ay rien de si particulier en ce monde que votre service ni de

2

tant recommandé que le non de Gordes, ie reçoy avec voz nouvelles ung tel heur et contantement

3

qu’il est aisé à iuger que l’aumosne que vous me faictes de m’en départir est très bien employée.

4

Quant à moy, monsieur, si ie m’avance iusques là de vous faire part de celles que i’entends

5

en ceste court, sans considérer que vous en avés comme la teste rompue d’ailleurs,

6

c’est soubz la condition de serviteur que ie vous suis en laquelle ie me veux continuellemant

7

exercer, bien marri que ce ne peult estre pour asteure aussi bien par effect comme par

8

letres et par bonne volonté ; et en attandant que Dieu me face la grâce d’en venir

9

là, je vous diray des nouvelles. Premièremant de monsieur de Garguas et de messieurs

10

ses compaignons, qui se portent bien à soulhaict, Dieu mercy. Sans ung malheureux

11

mal de dentz qui m’a faict garder le lict troys iours entiers, je leur eusse faict

12

compagnie au Landy avec ung coche que Monsieur de Montmorin me prestoit.

13

Je croy qu’ilz auront faict le voyage sans moy. Au reste, quant à la court, c’est la

14

mesme incertitude qu’on y a veu de tout tamps : auiourdhuy, paix universelle,

15

demain, guerre généralle. Si scay-ie de bonne part que les magestés très chrestienne

16

et catholicque tendent toz deux à la paix, si d’adventure elles n’ont de ministres

17

qui désirent plus à l’ung qu’à l’autre, soit que ce soit ceulx qui s’attaqueront à nous

18

n’auront pas faulte de partye si la guerre est. Le roy et Monsieur veulent gratiffier

19

monsieur d’Hourche d’une bien fort honorable charge, tant pour ce qu’il ha cet

20

honeur de vous apartenir de si près, comme de la bonne opinion qu’ilz en ont, mais

21

cela est bien certain car ie le tiens de persones de bon lieu qui en ung besoing ne

22

le congnoissent que bien peu et à ce que i’entens, ce sera en place où vous aurés bien moyen

23

de faire pour luy. Je ne voudroy pas iurer que les mil homes que scavés ne fuscent

24

au premier iour contremandés. La reyne, mère du roy, fust hier entretenue le

25

long de son disné par monsieur d’Hourche sur ung subiect qui vous touche

26

et pour n’estre estimé flatteur, ie ne diray point la responce que j’entrouys de mes

27

oreilhes, tant y a que ce qu’on fera contre en ung an, il sera deffaict en ung jour,

28

et fault que voz ennemis confessent qu’ilz ne scauroyent mieux perdre le tamps

29

que de vous en cuyder prester, et trouveront touiours, à mon advis, les volontés

30

de leurs magestés fort peu disposées à leurs factions et menées.

31

Mais je laisseray ce propos pour vous dire que le sieur admiral d’Angleterre

32

[v°] avec toute sa trouppe, a esté merveilleusemant bien receu, et n’estoit pas fils de

33

bonne maison celuy des princes et segneurs de ceste court que ne leur ha faict

34

festin. Toutesfoys, il me samble que monsieur de Guise ne s’en est point mêlé.

35

Ilz ont eu de fort beau présans du roy. Ilz sont partis ce jourd’huy au matin,

36

ce n’a point esté sans que la reyne, mère du roy, n’aye envoyé monsieur de Froze

37

s’il verroit parmi eux quelque belle guilledinne ; toutesfois il y en ha peu et

38

ce qui y est extrêmemant cher : trois cens escus, deux cent escus les moindres,

39

et toutes assez foibles et maigres. Je vous diray bien que noz Anglois ont

40

esté honorablemant traictés par deça que monsieur le maréchal de Montmorancy

41

ne l’a pas esté moings par delà et seroit long à vous racconter les magnifisenses

42

et libéralités de quoy la royne d’Angleterre ha uzé. Au reste, pas ung mot

43

du mariage de Monsieur le duc et de la niepce et rien que de la Ligue

44

jurée au grand mescontantemant de certains Escossois entre lesquelz

45

ung segneur du païs qui ne veult pas estre congnue, m’en dict amplemant ce

46

qu’il en pençoyt. Cela seroit long à vous écrire. Il me dict que la royne d’Escosse

47

se portoit fort bien et qu’on l’a changée du lieu là où elle estoit, pour estre

48

mieux et moing prisonière, que la royne d’Angleterre luy promet des montagnes

49

d’or. Je laisseray l’Escosse pour vous dire que la royne, mère du roy, ha esté

50

bien fort mallade et despuis deux iours qu’elle est relevée, elle re-

51

commance des plus belles à faire les cornées qui estoyent occasion de

52

sa malladye, de laquelle il samble qu’elle ne se ressouvienne plus. Je prie

53

à Dieu que ce soit avecque raison et avec la santé qui occupe la place

54

par longues années. Ilz ne font qu’aller et venir de Madri à St-Mor, au Tuilleries,

55

à Paris où ilz ont ce iourdhuy disné, souppé aux Tuylleries, couché à Madri. Le

56

conseil a esté tenu tout ce matin. messieurs les présidans et echevins de la ville

57

appelés, ce pourroit bien estre pour les finances ; toutesfois, ie ne scay si ce seroit

58

aussi sur des nouvelles qu’on dict qui sont venues auiourdhuy de Flandres, que le

59

duc d’Albe est extrêmemant fort. On parle de dix et huict mille chevaux, et

60

force infanterie, mais cela n’est pas bien seur. Il y en ha qui disent qu’il y va

61

ung grand nombre de Francès contre, de façon que comme on parle de l’ung,

62

on n’oblye pas l’autre. Le tout, à mon opinion, plus accompagné de mensonge que de vérité.

63

[f° 188] On parle que le roy après la Saint-Jehan yra à Lions en Normandye pour chasser

64

et veoir le beau bastimant et que les roynes et Monsieur demeureront en ces quartiers.

65

Nous verrons ce qui en sera. Je croy, monsieur, que vous aurés entendu la querelle

66

de monsieur de Méru et du cappitaine Gua, fondée, à ce que i’entends, sur de l’argent

67

de la paume, dont le conte de Maulevrier estoit répondant pour monsieur de Méru.

68

La partie, à ce qu’on dict, faicte à poste, comme le cappitaine Gua demandeyt

69

instamant l’argent au répondant et le répondant à l’autre monsieur de Méru

70

en fin, ie croy qu’il refuza de payer et non pas sans raison et des responces

71 si aigres (en termes que ie ne metray point icy) que monsieur [barré : ayant] de Méru 72

et autres ayant mis la main au poignard, ont dict que le cappitaine Gua puis après

73

ne peult moings faire que de metre l’espée au point. Je croy que tout est d’accord

74

mais cela ha apresté à parler à beaucoup de gens qui en disent leur ratelée

75

diversemant. Je ne vous veux pas celer aussi (monsieur) une chose estrange qui est

76

arrivée ces iours passés en ceste ville de quelques petis enfans de quatre

77

ans qu’on ha trouvés mort par cy par là, estans fendus le long du ventre

78

et les entrailles ostées. Je le dis après des gens de la court de parlemant

79

qui m’ont asseuré l’avoir veu, au grand scandalle de tout le peuple. On

80

en accuse quelques Italiens et de faict il y en ha des prisoniers au Chastellet.

81

On fit crier l’autre iour par la ville que qui auroyt perdu des petis enfans

82

qui s’en vint là. Je ne vous la feray plus longue si ce n’est pour vous dire que

83

Madame scayt très bien choisir son parti d’estre asteure à Laval pour éviter

84

l’extrême challeur de la quelle ie m’asseure que vous avés encore moings de faute

85

là que nous icy. Messieurs de Laval et de Veynes se font fort longuemant

86

attandre icy, mais encore sera-ce assés tost si c’est en bonne santé qu’ilz viennent.

87

Quant à monsieur votre lieutenant, il aymeroit mieux mourir que de faillir

88

à vous tenir bonne compagnie. J’ay opinion qu’il y boit fred, de quoy ie luy porte

89

envye. Monsieur, il fault, s’il vous plaict, que vous me fassiés raison de madamoiselle

90

de Saint-Pris, qui tient ses grands iours en sa maison ; de cent lettres que ie luy ay écrit,

91

je n’ay pas eu ung mot de reponce. Monsieur, je vous suis très humble serviteur

92

et prie à Dieu qu’il luy plaise vous tenir en sa saincte garde. A Paris, ce XXIIe

93

de juing 1572.

94

Vostre très obéissant et fidelle

95

Serviteur

96

Tailladet

97

Loading...