Consultation

XVIII, folios:65
Louis de Buffevant, seigneur de Moidieu
M. de Gordes
Lettre non liée
23/07/1572
Grenoble
Césane

Transcription

Les mots surlignés font l'objet d'une note

1

Monseigneur, pour vous rendre raison de mes actions et de l’ordre que j’ey tenu

2

pour suyvre voz commandementz. A Vizille, l’on fist randre toutes les bestes que l’on avoyt

3

prins aux aultres estappes, sens qu’il en passast une seulle ; et au Bourg d’Huysans,

4

on a faict tout de mesme ; au Villar d’Arennes et Briançon, et ce à la requeste

5

des consulz du lieu, à celle fin que la folle des bestes qu’on prenoyt et hommes qui

6

les venoient quérir ne fust à la charge de l’estappe où l’on arrivoyt ; et si le

7

nombre n’a jamais exceddé le nombre de quarante ; vous asseurant,

8

monseigneur, que encores que les deux compagnies, suivant voz commandementz et

9

reiglemens, n’ay jamais séjorné une seulle heure, l’intention de monsieur

10

des Adrés estoit les faire passer en Piedmont sens séjour, comme, monseigneur,

11

dès hier, vous en feis la despêche, et les forriers partirent pour

12

aller à Fenestrelles, comme aussy au matin quelque nombre des compagnies

13

estoit party lorsque les drappeaux, estans ors les logis pour s’acheminer,

14

on a treuvé que les consulz de ce lieu et conseillliers se sont cachez et perdus

15

tellement que demeuroit cinquante ou soixante soldatz mallades extrèmement

16

tout le bagage des cappitaines qui avoit le moings des chevaulx, tellement

17

monseigneur, que voyant la malice des consulz qui avoyent faict ranvoyer les

18

bestes de Briançon, asseurant en bailler des aultres le matin et la nécessité en quoy

19

l’on c’est treuvé des laisser les mallades et aultres armes et tout le bagage

20

derrière, monsieur des Adrés n’a peu ny volu desloger qu’il n’ayt heu

21

des bestes pour sollager sesdits mallades. Qu’a esté la cause que j’en envoye

22

en toute dilligence à Briançon pour avoyr des mulletz jusques à Fenestrelles

23

et cependant, ce deshordre et deshobéissance des consulz ont causé

24

au grand regret de mondit sieur des Adrés et de moy, le séjour en ce lieu

25

de Cézane. Je suis asseuré, avec l’ayde de Dieu, jeudi les remectre en

26

le gouvernement de monseigneur de Birague, que me sera occasion

27

prier Dieu,

28

Monseigneur vous donner, en toute prospérité sancté, accomplissement

29

de voz désirs. De Cézane, ce vingt troyziesme jour de juillet

30

1572.

31

Votre très humble et très obéissant

32

serviteur

33

de buffevant

Loading...