Consultation

XVIII, folios:80 81
Jean des Aymards
M. de Gordes
Lettre non liée
26/07/1572
Laval
Paris

Transcription

Les mots surlignés font l'objet d'une note

1

Monseigneur, puys que jay eu ce bien que d’avouer esté

2

licentyé de vostre seigneurie par celle qui vous a pleu

3

du Xe du present m’anvoier dèshormais, je prandrey

4

plus de ardiese que pour faict à vous fère part des

5

novelles que se presenteront puysqu’il vous plaict

6

me conjedier et inciter par les vostres de soliciter

7

monsieur de Bressieu comme je ferey affin que

8

vostre seigneurie sache par eulx le proffit qu’ilz ont

9

eu en leurdict du voaige de Angleterre, duquel

10

je me taix car leurs responces ne sont

11

guyeres perhentoyres mais le succès quil en

12

adviendra sera pour tesmoinsgniage. Au demeurant,

13

je advertirey vostre seigneurie comment le roy au despart

14

de ceste ville pour neuf ou dix jours s’en alla à

15

Lisigny près de Meaulx où l’on a faict les nopces

16

du prince de Condé avec la marquise d’Isle, où

17

ne acistèrent guyères des prinses du sang

18

pour cause des cerymonyes non acoustumées.

19

Les preparatives se font grandes pour le mariage

20

du roy de Navarre. Lon est en dobte s’ilz esposeront

21

comme ledit seigneur de Condé. Après le succès, vostre

22

seigneurie en sera advertye. L’ambassadeur d’Espaigne

23

est encores en ceste ville, car après sa legation

24

faicte au roy, le conseil la trouvast adventageuse

25

qu’on luy dict qu’il falloyt qu’on eust declaration

26

de son maistre avant qu’il partist. Quant à

27

la deffecte de ceulx qui sont allés en Flandres,

28

elle [est] si grande que peu de gens y ont plaisir

29

exceté le duc d’Albe ; car cest autant a

30

febly le roy de plus et subjectz. Les seigneurs de

31

Ranty et de Janllys sont prisoniers. On faict

32

bruyct quilz eusent esté justiciers, n’ust esté qu’ilz

33

ont declairés avouer quelques mandement de Sa

34

Majesté. L’on ne peult scavouer car pour

35

salver sa vye, on advance beaucop de choses

36

[v°] comment qu’il soyt, il sont en grand dangier ainsi

37

qu’on dict. L’on a faict bruyct que monsieur de

38

La Garde estoy mort et ces estatz donnés à monseigneur

39

le chevallier d’Angolesme. Il y a bien des meslées

40

grandes, mais cella se dresse fort rombdement.

41

Encores à ce matin, ung marchant de ceste ville

42

m’a dict que troys batheaux chargés de mognitions

43

sont partis à la mynuyct et s’en vont randre à

44

Calaix tout mognition de guerre et le tout

45

couvert de boys qu’on n’am peult aultre chose

46

descouvrir. Monseigneur pour excuse, je alleguerey

47

ung proverble des bonnes gens, c’est qu’il

48

faict malvays donner liberté à foulz et enfens

49

car il en abusent comme je faictz d’antretenir

50

votre seigneurie de si peu d’ocation, mais je

51

prierey Dieu qu’il me doinct quelque moyen que je

52

me puyse employer pour votre seigneurie, ainsi

53

que je le desire. En actandant cest heur, je

54

luy prie de bon cueur,

55

Monseigneur, qui vous doint en très bonne sancté

56

longue et heureuse vye, avec tout contantement.

57

A Paris, ce 26 julhet 1572.

58

Vostre très humble et obeyssant

59

serviteur

60

des Eymars

61

Monseigneur, je ne vous commande poinct les forces

62

que le prinse d’Orange conduyct, qui sont de 25 mille

63

hommes, sept mil chevaulx, avec aultres forces

64

que deux prinses allemans luy amènent, et jà

65

se sont saycys de dix ou douze villes. Ilz

66

prestendent donner unne batailhe audit duc

67

d’Albe. Cella faict, en advertirey votre seigneurie,

68

ainsi que je ferey des estatz qui ont vacqué en vostre pays,

69

combien que si cella a lieu, votre seigneurie en ara sertitude comme celluy qui y est participent dont je me taix.

70

[fol.81] S’il plaict au second liseur randre la presente

71

ez mains de madame, elle trouvera que

72

monsieur de Galgas son filz se porte fort bien,

73

Dieu graces. Encores dès yer, je le fus vouer

74

avec mon nepveu La Pimpie. Il m’a promis que

75

à mon despart, il escripra de ces novelles

76

à ma dicte dame, comme feront toutz les aultres

77

ces compaignons. A nuyct, au cocher de Monseigneur

78

le vicomte de Cadenet, je luy dis y avouer

79

esté pour vouer comment il se portoyt, il en fust

80

le plus aise du monde, car il ne scavoyct

81

poinct qu’il fust de par-descà, et me commanda

82

de regarder ung jour avant son despart pour

83

leur donner à disner à toutz. Je pence estre

84

l’ambassadeur et conducteur, que me sera moyen

85

descripre à madicte dame et sependant, je

86

luy baise les mains.

Loading...