Consultation

XVIII, folios:138
François de Mandelot, gouverneur du Lyonnais
M. de Gordes
Lettre non liée
04/08/1572
Laval
Lyon

Transcription

Les mots surlignés font l'objet d'une note

1

Monsieur, je receus ces jours icy voz lettres du XXXe

2

du moys passé avec celles qui y estoient encloses pour

3

monsieur d’Evenes votre frère, que je luy feis incontinant

4

tenir. Il n’est poinct de besoing que vous me remerciez

5

de ce que nous avons faict pour monsieur de Laval votre

6

filz, car je vouldrois le servir en plus grande chose

7

que celà, ce sera doncques quand l’ocasion s’en

8

présentera et où j’en auray le moien. Je m’asseure qu’il

9

vous aura faict entendre de ses nouvelles, comme il

10

commence à se bien porter et en esperance de monter

11

bientost à cheval, qui me gardera vous en dire

12

icy aultre chose. Au reste, monsieur, vous pourrez

13

avoir esté adverty comme la necessité de bledz augmente

14

tous les jours, plus en ceste ville, tellement que si

15

nous ne sommes secouruz de noz voisins, nous sommes

16

pour endurer beaucoup. Il y a ung marchant de

17

Bourgoing en Daulphiné, nommé Jacques Douyn,

18

qui a promis à ceulx de ceste ville d’y en faire venir

19

quelque quantité, pourveu qu’il vous plaise de luy

20

permettre, qui me faict vous supplier bien humblement

21

vouloir commander qu’il ne luy soit donné aucun

22

empeschement affin, que nous peussions estre secouruz,

23

[v°] en attendant que quelque provision, que nous sommes

24

après de faire faire en Bourgongne, suivant la

25

traicte qu’il auroit pleu au roy nous accorder, nous

26

soit amenée. Et en ce faisant, tout le peuple de ceste ville

27

se sentira grandement obligé à vous, et moy aussi

28

particullierement, pour men revencher en tout aultre

29

endroict où il vous plaira me commander.

30

Quant à nouvelles de la court, je n’ay pour ceste

31

heure aultre, sinon la continuaton de la deffaicte

32

de monsieur de Genlys, qui est veritable, mais

33

non pas possible si grande comme on la faisoit ;

34

bien est vray que l’on dict que ledit sieur de Genlys

35

avec quelque nombre de gentilzhommes de marque

36

sont mortz ou prisonniers ; et tout le mal que

37

je veois en celà, c’est la perte des gentilzhommes

38

de notre France qui pourroient ung jour faire service

39

au roy. L’on dict que le mariage du roy de Navarre

40

et de Madame est retardé jusques au XVIIIe de

41

ce mois. Voylà tout ce que je scaiche pour cest heure

42

digne de vous escripre. Après mes bien humbles recommandations

43

à votre bonne grace, je supplie le Créateur vous donner,

44

Monsieur, en parfaicte santé, très longue vye. De Lyon,

45

le IIIIe aoust 1572.

46

Votre plus afeccionné à vous faire servise

47

Mandelot

Loading...