Consultation

XVIII, folios:174
François de Beaumont, baron des Adrets
M. de Gordes
Lettre non liée
14/08/1572
Laval
Turin

Transcription

Les mots surlignés font l'objet d'une note

1

Monsieur, s’en allan les Adretz à la court, je vous ey volu fère ce mot pour vous

2

advertyr de ce qui se passe de par-deçà. Monseigneur de Savoye

3

eut lettres de Provence, lesqueles il envoya au seigneur Ludovic, qui asseurent

4

que estant arrivé une gallère d’Espaigne qui avoyt faict party Don Gen

5

d’Ostre et son armée, qui est ung signe de paix et qu’il n’y a plus de mef-

6

fiance ; de par-deçà, l’on ne faict nulles levées nouvelles en Itallye. Les

7

consulz de la Tour du Pin m’ont anvoyé le double des inibitions qu’il leurs

8

ont esté faicte de vostre part, pour ne lever poinct sus leurs aydes.

9

La despance que j’ay faicte là en faysant la levée [de] mes conpaignies, la

10

somme n’et pas si grande qu’elle me puisse beaucoup endommager, et ne cera

11

point trouvé desraysonable à ung conseil privé. Si ce commandement vostre

12

a esté faict par inportunité des aydes et que pour le regard de ce qu’il

13

avoyt esté faict sans vostre ordonance et commandement, je vous asseure, Monsieur,

14

que ce n’a point esté pour les mesprizer et que je n’y voluse autant y satisfayre

15

et y obeyr que gentilhome de Dauphiné ; et arey bien peu apprins si je

16

ne savoye obeyr à ceux qui ont aucthorité de me commander, et quand vous ne l’auriez

17

poinct vous ne leriez pas de tirer de moy la mesme amytié et obeyssance

18

que vous porriez sperer de nul autre, et estimerés plus la defaveur que ce qui

19

me porroyt toucher. Et quand il vous pleyrra bien savoyr de quel pied et

20

affection j’ey marché à la court quand il a esté question de quelque chose

21

qui vous touchat, vous trouverés que jey suis allé de telle affection ou plus

22

grande que ce s’eut esté pour mon faict propre, vous en ferés en

23

cela et en toutes autres choses en ce qui me concernet ce quil vous playrrois

24

que vous trouverez bon. Et pourveu que vous ne le trouviez poinct mauvays, ci c’est

25

à la poursuyte du procureur du pays et des aydes, je le feray disputer

26

et vuyder c’il ne vous plaict le descyder. Et pour navoyr aultre chose digne

27

de voz escripre, ne vous feray ceste lettre plus longue que de me recommander

28

bien humblement à vostre bonne grace, priant Dieu,

29

Monsieur vous donner en parfaicte santé, bonne et longue vie. De Thurin,

30

ce VIIIe jour d’aoust.

31

Votre très humble allié et

32

afesionné serviteur des adrés

Loading...