Consultation

XVIII, folios:254 255
Pierre de Pontevès, dame de Cazeneuve
M. de Gordes
Lettre non liée
20/08/1572
Moirans
Gargas

Transcription

Les mots surlignés font l'objet d'une note

1

Monsieur, jay receu toutes voz despeches et entendu le contenu

2

d’ycelles et en premier lieu, je rendz graces à Notre Seigneur de ce

3

qu’estes toutz en bonne santé et luy prye de bien bon cueur vous y

4

tenir longuement. Par sa grace, nous en sommes de mesmes. Bien vous

5

puis assurer qu’en ce lieu y a une infinité de malade et ny a

6

cassine que ne niait jusques à six ou sept, et tout

7

de tierces. Dieu grace, nen meurt encores point. Nous en havons

8

heu deux seans et sont maintenent gueris ; Dieu graces estoyent

9

les palephenières. Je suis estée en grand peyne ayent entendu

10

la maladye de Laval, mais Dieu ma faict tant de grace

11

quil ma faict entendre sa convalescence. Jay de ses lettres

12

escriptes de sa main du Ve du present de Lyon. Vous nous

13

en havés mandé de plus fresches. Jay sperence en Dieu quil

14

se conduyra et sera aussi saige, estant en santé comme

15

il a esté en maladie, de sorte qu’en recepvrons toutz

16

contentement, sil luy plaict. Je trove bien vray ce que m’avez

17

escript touchant l’affaire que bien entendez, car par ci

18

devant cestoyt la femme que parloyt, mais maintenent

19

c’est lhomme qu’a dict à mon nepveu, monsieur de La

20

Coste quil n’a jamais entendu que de cinq mil

21

escus. Quand monsieur d’Apt feut à Aix pour

22

reconsillyer l’Eglise, luy mesme luy dict de quatre

23

mille. Si est ce que je suis nen faire nul semblant

24

[v°] ains nous (athaquer à partaiger) quest cause, joinct le desir

25

que jay de vous voyr à toute votre compagnye en ces cartyers,

26

vous pryes de y venir faire lhyver et me venir ayder à

27

manger une dozaine de pruneaux que avons (enlevé)

28

en ces cartiers sommes estes bien trompés de la recolte car

29

havons heu bien peu de grain selon la pailhe et n’avons

30

pas grand sperence d’havoyr guières vin, Dieu en soyt

31

loué de tout et luy plaise nous garder que n’ayons

32

guerre, car estant en paix, ne povons havoyr que trop

33

de bien vous ne me mandés rien touchant d’havoyr le (los)

34

du roy et permition de povoyr retenir, car il en y a de plus proches

35

que nous le fauldroyt oblyer à vous faire payer de ceux d’Orange.

36

Jay dict à monsieur de Cabanes que quand il voldra je luy

37

bailheray mil escus. Il est(trové) tumber malade de fiebvre

38

tierce de quoy jen suis en peyne si est ce que jay sperence

39

en Dieu quil en sera bien tost quitte. Puis que c’est

40

achapt na point de (leu) je vous porrois bien secorir de mil

41

escus et quelque chose d’avantaige pour laffaire de

42

messieurs d’Huryage ; et ne fauldroit que emprintessiés

43

voz bons seigneurs et amis ; en tout vous adviserés au

44

melhieur. Vous aurés ceste despeche par le moyen de

45

madame d’Hourches que m’a faict cest honeur de

46

menvoyer ce laquay pour entendre de voz novelles. Je suis

47

esté bien fort aise d’entendre des leurs, lesquelles Dieu

48

graces soit bonnes. Et ma fille ma escript quelle ha de

49

celles de monsieur d’Hourches du XIXe du passé

50

[fol. 255] Je prye Nostre Seigneur les volloyr tousjours tenir en sa sainte garde et

51

protection. Je me doubte fort que Balthazar aura la petite

52

veyrolle comme son compaignon ; et en cest endroit je me

53

recommande de fort bon cueur à vostre bonne grace é prye Dieu

54

vous donner la sienne, acompaignée de longue et contente vye.

55

Je vous prye me tenir advertye tant que porrés de toute la

56

troppe et de l’arryvée de Laval et d’Evènes. De Gargas, le

57

XXe aoust 1572.

58

Vostre mère Pierre de Pontevès

59

Me samble que vous pernés

60

tort de peyne de me escryre tout de vostre

61

meyn. Je me contanteray de III ho IIII lynes,

62

é vous prye pernés garde à vostre santé é prye Dyeu

63

la vous concervé

Loading...